le Rosaire

“Marie accourt là où est l’Esprit, et l’ Esprit accourt là où est Marie.”  

Saint Louis-Marie Grignon de Montfort

 

Des chrétiens se retrouvent régulièrement pour prier ensemble le rosaire et partager un moment de charité et convivialité.

Le rosaire est le nom d’une prière catholique composée de quatre chapelets d’oraisons. Consacré à Marie, mère de Jésus de Nazareth, il tire son nom du latin ecclésiastique rosarium qui désigne la guirlande de roses dont les représentations de la Vierge sont couronnées.

N’hésitez pas à contacter la paroisse pour obtenir les dates et lieux des prochains rendez-vous.

Vous trouverez aussi des informations à ce sujet dans la feuille d’information paroissiale.

 

St_dominique_recoit_le_rosaire_avec_Ste_catherine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour approfondir :

Comment réciter le Rosaire

Site national des « Equipes du Rosaire »

Lettre apostolique Rosarium Virginis Mariae du pape Jean-Paul II sur le Rosaire (16 octobre 2002)

 

Selon la tradition, c’est saint Dominique qui a reçu le Rosaire des mains de la Vierge Marie.

Historiquement, la dévotion au Rosaire est constatée à partir du XIIIe siècle, les Frères convers et les religieuses ne sachant pas lire ni écrire prirent l’habitude de témoigner de leur dévotion en récitant trois groupes de Pater et d’ Ave comme dans les Psaumes. « Le rosaire, c’est la liturgie du pauvre » a écrit Sylvie Germain dans « Songes du Temps ». Saluer Marie 50 fois, c’était lui offrir une couronne de fleurs, c’est-à-dire un « petit chapeau », un « chapelet ». Le mot « rosaire », quant à lui, désignait au Moyen Âge une collection de textes sacrés.

Ainsi l’ordre des Prêcheurs (ou dominicains) répandit-il son usage qui consiste en un exercice de méditation simple sur les épisodes importants de la vie de Jésus-Christ au travers du regard marial.

La pratique du rosaire a été très populaire au point qu’une fête Notre-Dame du Rosaire a été instaurée le 7 octobre dans le calendrier liturgique catholique à l’initiative du pape dominicain Pie V en 1571, au lendemain de la bataille de Lépante, avant que le mois d’octobre entier ne lui soit ensuite consacré en 1886 par Léon XIII.

Au XIXe siècle, les apparitions de la Sainte Vierge à Lourdes (puis au XXe siècle celles qui ont eu lieu à Fátima, Portugal) renforcent encore cette dévotion, surtout lorsque le mois d’octobre devient le mois du Rosaire, après 1886.

Le pape Jean-Paul II a promu la dévotion au rosaire et, lors de l’ Année du Rosaire (octobre 2002 – octobre 2003), a proposé l’ajout des cinq mystères lumineux aux trois séries traditionnelles des mystères joyeux, douloureux et glorieux.